Dix excellentes raisons de ne pas retourner travailler après les fêtes

– Pour tenir mes bonnes résolutions d’amour, de calme et de patience, il vaudrait vraiment mieux que je ne voie pas ma boss.

– Mon régime detox post-excès de fêtes exige de rester allongée sans rien faire pendant 48 heures minimum.

– Il fait froid.

– Je n’ai pas du tout envie de partager mes chocolats de Noël avec des collègues tout aussi déprimés que moi.

– Il est grand temps de préparer les vacances d’été.

– Apres l’échec du sommet de Copenhague, j’ai décidé de me reconvertir dans le développement durable.

– Il me reste des cadeaux à déballer et des cartes de vœux à envoyer. Ca passe avant la création de Produit Intérieur Brut, non ?

– Je ne rentre plus dans mon tailleur.

– Vu qu’en 2009, ma décision la plus stratégique c’etait café serré ou allongé, ils devraient se passer de moi sans trop de problèmes.

– De toute manière, j’ai oublié mon badge.

Joyeux Noël avec Eurostar

23ème coup de fil de la journée au Service Clients d’Eurostar :

Une sonnerie – espoir : quelqu’un va-t-il enfin répondre à mes interrogations ? En vrac :

– Vais-je pouvoir rentrer à temps pour ne pas passer les fêtes seule devant mon ordinateur ?
– Avec combien d’heures d’avance arriver à la gare de St Pancras pour avoir une chance de sortir vainqueur de l’empoignade qui ne manquera pas d’y avoir lieu ? Parce que « premier arrivé, premier servi », pour gérer 45 000 personnes, ça me paraît un peu trop simple pour être vrai.
– et enfin, la question qui me tracasse depuis vendredi soir : l’hiver, c’est tous les ans depuis 10 000 ans, vous ne l’aviez pas vue venir, celle-là ?

Une sonnerie, donc, puis un signal d’erreur de mauvaise augure, et enfin, une voix métallisée :
« Votre interlocuteur a raccroché ».

Comme Service Clients, on a vu mieux, mais enfin, ça présente l’avantage de ne pas avoir à faire face aux récriminations – c’est vrai, quoi, c’est embêtant les clients, ça n’appelle que pour râler, y en a marre à la fin. Et puis, quelque part, c’est presque plus de circonstance que le message pré-enregistré du 22ème coup de fil, qui annonçait joyeusement :

« Eurostar a le plaisir de vous annoncer que depuis le 3 octobre, nous ne faisons plus payer de frais de commission sur les cartes de débit ».

Comme des milliers d’autres Français de Londres (dont au moins une qui arrive a en sourire), je m’apprête à prendre mon courage à deux mains en espérant avoir une chance de traverser la Manche sans encombre. Croisez les doigts pour moi…

Et rendez-vous début janvier pour la suite des impertinentes chroniques d’une Française à Londres !

Help the aged*

Il paraît qu’il faut trois semaines pour forger une habitude. Après Trainspotting et So cosy, isn’t it, j’institue cette semaine officiellement le « N’importe quoi Friday ». A l’instar du « casual Friday » à l’anglo-saxonne où l’on a soudain le droit de débouler en jean au bureau, le « N’importe quoi Friday » vous propose un petit parfum de WE : vidéo insolite, photo poétique, chanson rigolote… ce sera selon l’inspiration du jour !

Cette semaine, un cadeau de Noël pour le moins original. Si vous êtes à court d’idées pour votre petit neveu, voici…

…  « de retour dans le catalogue à la demande populaire », je vous le donne en mille : la course de mémés ! Où est passé le bon vieux temps des petits trains sans personnes âgées dessus ? Réflexion faite, il faudra peut-être lui filer en douce, à votre neveu : il n’est pas sûr que toute la famille réunie autour du sapin apprécie ce cadeau à sa juste valeur.

 

* Ce titre est également celui d’une chanson du groupe anglais Pulp. Elle commence ainsi :

Aide les vieux
A une époque ils étaient exactement comme toi
A boire, fumer et sniffer de la colle

Sur ces bonnes paroles, joyeux WE à tous !