Happy birthday to you, happy birthday to you, happy birthday to you blog d’Eva in London…

… happy birthday to me ! A mon tour de me plier à la plaisante coutume de célébrer l’anniversaire virtuel de son propre blog. En effet, pourquoi bouder une telle  occasion de se lancer des fleurs (et de manger du gâteau au chocolat) ? Marquons le coup !

J’ai du mal à y croire, et pourtant…

… il y a très exactement un an, je sautai le pas et publiai ma première chronique ! A l’époque, que ne m’interrogeai-je : les chroniques seraient-elles déjantées ? effrontées ? irrévérencieuses ? Toutes les propositions de mon ange gardien synonymes.com y passèrent, et je tranchai finalement en faveur de l’impertinence.

Parlons peu, parlons bien. Voici venue l’heure des comptes :
– 71 billets publiés
– 1  500 visites venues de Google, dont 200 internautes qui cherchaient « Laurel et Hardy », une vingtaine « des raisons de ne pas aller travailler » (petits malins) et enfin ceux qui semblent chercher sur le Net des réponses à leurs mots-clés existentiels, tels que « comment se faire épouser », « théorie de l’amitié » ou le mythique « je déteste Londres il pleut tout le temps » (sic).
– 68 fidèles abonnés, merci merci !
– 51 651 pages vues cumulées (ça ne veut rien dire, mais beaucoup de quelque chose qui ne veut rien dire ça fait plaisir quand même), merci merci merci !

Mais après tout, il n’y a pas que les chiffres qui comptent. Voici donc un petit « best of » très très personnel :
le moins politiquement correct
le plus paresseux (et, sans surprise, le plus consulté)
le plus paresseux, bis (la paresse, un sujet de prédilection ?)
le plus joliment illustré (merci Camille !)
le plus people
le plus utile si vous souhaitez négocier une réduction de salaire et le dénouement
– le plus anthropologique (parce qu’il faut bien en parler, des Anglais, après tout on est là pour ça) : au choix, sur le thé, la nature, le fait que les piétons n’ont jamais le droit de traverser, la NHS, bref, tout ce qui fait le charme des autochtones.

Tiens, à propos, j’en profite pour solliciter votre avis sur une question qui me tracasse depuis longtemps. Préférez-vous les récits (au passé, l’histoire d’une Française qui arrive à Londres et, bon gré, mal gré, s’y installe) ou les billets d’humeur (au présent, sur tout et n’importe quoi) ? Ou ne voyez-vous pas la différence dans ce joyeux flou artistique ? Le vote ci-dessous !

Quoi qu’il en soit, et avant de reprendre le cours de l’histoire, du fond du cœur un immense merci pour vos visites (« quoi, toujours pas de mise à jour ? »), vos commentaires, vos petits mots, votre patience (hum)… quelle joie de savoir que j’apporte de temps à autre un petit sourire dans votre journée !