Comment préparer un week-end O-PTI-MAL

Cela fait maintenant six mois que je suis à Londres. Mes journées chez SuperConseil sont pépères mais pas désagréables (forcément, ça change la vie de rentrer chez soi à 17h30 au lieu de 21h), mes soirées, plutôt vides, et les WE… inégaux, dirons-nous.

De deux choses l’une :

– Soit Prince et moi sommes à Londres en tête-à-tête. L’occasion idéale de découvrir la ville en déambulant dans les rues, main dans la main… Notre enthousiasme se heurte vite au principe de réalité : les balades en amoureux, c’est nettement moins romantique sous la pluie de Londres que dans les films américains. Surtout quand on a les pieds mouillés. 

(Vue de Londres sous la pluie depuis notre canapé, où nous finissons par passer le WE)

– Soit je rentre à Paris. Oui oui, sans Prince : ce n’est pas parce qu’il m’aime qu’il a envie de partager mes tisanes party entre copines.
Là, c’est toute une gymnastique qui commence.

J-14 : début d’un grand festival d’emails (envoyés plus ou moins discrètement de chez SuperConseil). Deux semaines, c’est en effet le préavis minimum requis par mes très populaires amis pour me réserver un « créneau » dans leur WE – « Attends, t’as déjà oublié ce que c’était la vie parisienne ? Bien sûr que si, j’ai envie de te voir, mais je suis super busy ! Je regarde ce que je peux faire, et je reviens vers toi ». Sans commentaire). Tout commence donc par un envoi massif mais personnalisé de mails ayant généralement pour contenu une variation du texte suivant :

– Salut Truc / Truquette / Machin / Machine, je suis de passage à Paris ce WE et ça me ferait très plaisir de te voir. Quand es-tu disponible ? »
Première phase accomplie.

J-13 à J-6 : recueil des réponses dans un magnifique tableau Excel réalisé pour l’occasion (je ne bosse pas dans un cabinet de conseil pour rien). Cela me permet de prendre la mesure du problème : Truquette n’est dispo que pour un apéro, mais Machin aussi, et comme ils n’ont rien à se dire, impossible de les voir en même temps. Par ailleurs, Machine a un mariage, et Truc n’est pas sûr d’être libre, mais peut-être que si, entre 14h et 16h uniquement. Argh. Début de la troisième phase.

J-6 à J-3 : s’ensuit une sorte de Tetris (ah, Tetris, soupire l’ado en moi) mondain où, au lieu de d’empiler le plus grand nombre possible de briques dans un espace restreint, il s’agit d’enchaîner le plus de repas possible dans un temps plus que limité. Truc étant finalement dispo pour un déj dans le 14e (« Mais il faut que je décolle à 14h »), Truquette pour un apéro dans le 18ème, et Machin uniquement pour un dîner si c’est près de chez lui en banlieue… combien de kilos va prendre Eva in London en 48 heures ?

J-2 : inévitable supra optimisation de dernière minute suite au mail de Machin : « Désolé Eva in London, j’avais complètement oublié qu’on fêtait les 60 ans de mon père samedi soir, on peut se voir à un autre moment ? ». Ben, comment te dire… Non. Et en plus, maintenant, il faut que je me trouve un plan pour le créneau le plus stratégique du WE.

J-1, 23h30 : bouclage de valise – d’ailleurs étonnamment volumineuse pour 48 heures de papotage. Je suis sûre d’avoir oublié quelque chose… Ah, ça me revient : je glisse dans la poche avant (où il passera d’ailleurs le WE) mon joli fichier Excel imprimé en couleur (merci, SuperConseil).

A vos marques, prête, partez, Eva in London.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Et vous, les exilés à Paris, Londres ou Moscou, comment gérez-vous les retours au bercail ?

Publicités

23 réflexions sur “Comment préparer un week-end O-PTI-MAL

  1. Hé hé hé, comme c’est bien raconté! Je passe par les mêmes affres lorsque je me programme deux jours à la capitale! Je n’avais pas pe,sé au tableau ecxel, ma fois c’est pas une mauvaise idée, encore faut il pouvoir se creer un petit fichier en moins de 4 heures, eh oui tout le monde ne peut pas dire merci à super conseil! Maaaiiiisss bon week end Eva in London!

  2. J’adore…

    Une autre facon de voir tes week-end sous la pluie (si je puis me permettre un point de vue masculin – et donc un tant soit peu machisant):

    Une promenade dominicale avec la bruine ambiante, c’est un peu un concours de t-shirt mouille ou tu es sure de gagner (a la grande joie dudit Prince)… Bon y’a aussi la bronchite qui va avec, mais ca appelle son lot de calin et de the au lit… Qui sait, peut etre que lui maitrise mieux la theification locale:)

    Bonne optimisation, bon week-end…

  3. Ha ha ha, moi exactement pareil (exilée près de Londres mais pas tout à fait), je lance plein de mails. Par contre, j’ai jamais tenté le tableau Excel…
    Ensuite, je passe le week end à courir pour essayer de voir tout le monde, c’est épuisant, mais ça fait bien plaisir!

  4. héhéhé, tu me rappelles bien des souvenirs…je n’ai jamais fait de tableaux excel mais fait des concessions sur les gens que je ne pouvais malheureusement pas voir..car quand tu rajoutes la famille dans l’histoire, ca fait un certain nombre de creneau qui sont pris…
    Une des bonnes choses d’etre rentrée a paris!! (bon y’a toujours de l’organisation dans l’air mais elle s’étale sur des creneaux en semaines et non plus en heures 😉

  5. Carrément, un fichier Excel! Waow, ça ne rigole pas. Tu es la reine de l’organisation.
    J’adore l’expression du « Tetris mondain »… très très bien vu!
    Pour moi après tant d’année hors de France j’essaye de profiter un maximum de mes retrouvailles avec mes amis: je préfère la qualité à la quantité. En deux jours je ne peux pas voir tout le monde alors je préfère le quality time avec quelques uns plutôt que la course effrénée.

  6. J’ai commencé à planifier un retour pour la Pentecôte également, mais la difficulté de gestion et les prix des billets m’ont largement refroidie, je resterai là finalement… hum.

  7. J’adore tes billets car je me retrouve mais c’est en plus tellement drôle!
    Pour l’instant je ne suis rentrée qu’une seule fois à Paris, début janvier. C’était la course, moi je gérais ça grâce à l’agenda de mon iPhone. Un jour je me souviens avoir vu 9 amis dans la même journée (je te rassure, j’ai vu 5 personnes d’un coup lors d’un dîner… ouf!). J’ai même réussi à caser 2 séances de gym suédoise là-dedans car ça me manquait trop.
    Une question pour toi: comment tu gères avec les gens qui t’hébergent? Une très bonne amie m’a hébergée mais m’a un peu fait la gueule car je n’ai pas passé chaque heure de mon séjour avec elle… tendu… Des astuces?

    • Pas facile… je t’avoue qu’on a la chance d’etre heberges par mes parents. Mais lorsqu’on squatte malgre tout chez des amis, nous essayons de passer du temps avec eux en arrivant le soir ou avant de repartir le matin. Ensuite, ils comprennent generalement bien nos contraintes de temps. Pas facile a gerer !

  8. Ah ben tiens on dirait notre organisation quand on va sur Toulouse… Heureusement que mon super informaticien maîtrise les tableaux Excel 😀

  9. Tetris avec augmentation du niveau de difficulte a chaque retour, de nouveaux obstacles s’elevant au fur et a mesure: les amis se mettent en couple (et le copain X ne supporte pas tel ou tel endroit de Paris), ont des enfants (et les rendez-vous se font chez eux, avant telle heure car apres, c’est l’heure du coucher), achetent des apprts/maisons en treeees lointaine banlieue donc ne se deplacent que si tu passes la demie journee avec eux…

    Et tu rentres plus crevee qu’au depart. Mais euh, c’etait pas toi, a la base, la valeur rare sur Paris?

    Au final, mes plus precieux amis sont toujours dispos quand je veux – ou je veux – meme 10mn et je les en adore d’autant plus. Pour les autres, je propose deux rendez-vous « mass communication », tant pis. Histoire de voir un peu Paris entre un restau et un salon de the!

  10. je me rappelle les dimanches à errer dans Kew Gardens sous la pluie, quand j’étais au pair à Surbiton, Surrey (où j’étais plus ou moins gentiment priée de déguerpir de la maison le dimanche) … quelle déprime !
    et tes copines, elles viennent jamais à Londres te voir ?

  11. Je me représente très bien le problème, et il me semble que plus on vieilli, pardon, moins on est jeune, plus la situation devient épineuse.
    Le doodle fonctionne pas mal aussi mais il ne faut pas aller jusqu’à espérer organiser des vacances entre amis. Le brevet pour ce problème vaudra de l’or.

  12. Pingback: De l’art de trouver une maison à Londres (dans la vallée des couches) | Impertinentes chroniques d'une Française à Londres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s