La première gorgée de bière… pardon, de thé (anglais).

Chose promise, chose due. 10h45, troisième tournée de la matinée : l’heure est venue de goûter le thé anglais. 

– Qui veut une boisson chaude (Who’s up for a hot drink) ? lance à la cantonade l’un de mes collègues, Rob.
– Avec plaisir ! Un thé, please.

Les Anglais étant, paraît-il, très à cheval sur la politesse, je commence et/ou termine toutes mes phrases par please, thank you et autres that’s great. C’est ça, d’être motivée pour s’intégrer. D’asociale et renfrognée, me voici désormais polie et entousiaste.

Mes bonnes résolutions vont vite être mises à l’épreuve.

– Du lait et un sucre (Milk, one sugar) ? demande Rob en s’éloignant avec le plateau (essentiel lorsqu’il s’agit d’assurer trois thés et deux cafés).

Je le rattrape par la manche, affolée.

– Non, merci, juste un thé très léger (No, thank you, just a very light tea).

Je l’ai échappé belle. Du moins, c’est ce que je crois, jusqu’à ce que, cinq minutes plus tard, Rob revienne et dépose sur mon bureau un breuvage peu ragoûtant.

– Mais tu avais demandé un white tea ? me demande-t-il en voyant mon dégoût.
– Ben oui… pas fort, quoi !
– Et voilà : un white tea, pas fort.

Nous nous regardons, aussi perplexes que prêts à faire avancer la communication entre nos deux peuples. Prise d’un affreux doute, je fais le premier pas :
– Attends… un white tea, c’est bien un thé pas fort ?

Rob éclate de rire et s’exclame, soulagé (l’honneur anglais est sauf) :

– Mais non ! Un white tea, c’est un thé avec du lait. Si tu en veux un pas fort, c’est un thé faible (weak tea). Je t’en refais un.

Moi, pressentant un nouveau désastre, mais toujours polie :
– Non, non, merci beaucoup, mais c’est pas la peine, merci !
– Si, si, j’insiste.

Rob fait quelques pas, puis se retourne vers moi, perplexe :
– Tu es VRAIMENT sûre que tu ne veux ni lait, ni sucre ? Parce que ça ne va pas être bon !

On n’a clairement pas la même notion de ce qui est bon, mon loulou, me retiens-je de rétorquer. Au lieu de ça (intégration, intégration), je réponds calmement :
– Oui oui, c’est parfait, merci beaucoup !

Rob a beau s’éloigner en marmonnant « Ils ont des goûts bizarres, ces Français », il me rapporte quelques minutes plus tard un thé conforme à ma commande. Sans lait, ni sucre. Et tellement noir que je crois tout d’abord qu’il s’agit d’un café.

– Ca n’a pas l’air très bon, remarque Rob en plissant le nez.

Il a raison. Rob ne sait peut-être pas ce qui est bon, mais il sait ce qui est mauvais. Voire infect. Même pour faire avancer les relations franco-britanniques, impossible d’en avaler une goutte. Re-consternation de mon collègue :
– Mais… c’est exactement ce que tu voulais (« décidément, ces Français, jamais contents ») ! J’ai à peine trempé le sachet !

Je sens qu’il va en falloir, des please et des thank you, pour laver l’affront de ma première tasse de thé.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

15 réflexions sur “La première gorgée de bière… pardon, de thé (anglais).

  1. je compatis …. et je dirais comme la souris rose … peut-être n’ont-ils jamais bu de bon thé, tu peux peut-être leur ouvrir de nouveaux horizons ? (cela sonne bien prétentieux, je sais)
    laisse traîner une jolie boîte de Kusmi sur ton bureau … ça va les intriguer !

  2. Hello, j’ai découvert ton blog via Mamans à Londres (très content d’ailleurs d’avoir illustré ton article sur les 10 commandements à ne pas suivre). Très drôle et très instructif. Argone a raison, un Kusmi sur le bureau et hop.

  3. Alllala, on sait par qui ont été colonisé les indiens ;)!
    Après 6 mois en Inde, moi qui suis une incontournable du thé, je ne pouvais plus sentir un Chai (thé+sucre+lait) à moins de 10m… Rien de tel qu’un bon black tea sans rien d’autre!!!

  4. Pingback: ParTEA Time… « Carnet de voyage

  5. Pingback: Il faut appeler un chat un chat « Impertinentes chroniques d'une Française à Londres

  6. Pingback: Happy birthday to you, happy birthday to you, happy birthday to you blog d’Eva in London… « Impertinentes chroniques d'une Française à Londres

  7. Pingback: De l’importance de la Guinness dans le succès professionnel outre-Manche | Impertinentes chroniques d'une Française à Londres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s