Premier jour de travail chez SuperConseil – le bilan

Ca y est : j’ai fini ma première journée chez SuperConseil. O bonheur : l’heure est venue de retirer mes escarpins. Je n’ai vraiment plus l’habitude, ça me change de mes chaussons roses et de mes baskets :

N’assumant vraiment pas les chaussons roses fluo, je les ai remplacés par une paire de chaussons d’hôtel, légèrement moins embarrassants. L’idée du contraste y est

L’heure est venue, donc, de retirer mes escarpins, de m’affaler sur le canapé (ça, je n’ai pas perdu l’habitude), et de faire un petit bilan (et ça, j’adore). 

Commençons par les points positifs : aucun des scénarios catastrophe qui m’ont tenue éveillée la moitié de la nuit dernière ne s’est réalisé. Il faut dire qu’en anxieuse pathologique, j’avais mis toutes les chances de mon côté :

  1. Je ne suis pas arrivée en retard – forcément, j’étais là tellement tôt que j’ai failli m’endormir sur mon bouquin avant même que la journée ne commence
  2. Mon collant n’a pas filé – mais j’en avais emporté deux de rechange
  3. Ma jupe n’est pas restée coincée dans ma culotte en sortant des toilettes – mais, « au cas où », j’avais passé dix bonnes minutes ce matin à choisir des dessous ni trop négligés (genre vieille culotte en coton de couleur non identifiée) ni trop aguicheurs. Histoire de limiter les dégâts en cas de crise. Parce que tant qu’à montrer sa culotte, autant que ce soit la bonne. Si, si, ça se tient comme raisonnement. Ou est-ce l’humour anglais, tendance scato, qui déteint déjà sur moi ? Moi qui déteste ça, je suis sur la mauvaise pente.
  4. Enfin, si mes nouveaux collègues se sont moqués de moi, je n’en ai rien vu. J’ai quand même commencé à tenir un fichier Word intitulé « Professional English » répertoriant tout ce que j’entends autour de moi… avec l’espoir de comprendre un jour ce qui se dit.

Bon, maintenant que j’ai atteint mon quota de pensées positives pour la journée (ma résolution du moment pour faire face à toute cette pluie), laissons parler la vraie Eva in London, celle qui n’aime rien tant que se plaindre, critiquer et gémir. Parce que tout n’a quand même pas été complètement rose non plus. 

Outre les heures passées à faire semblant d’être absorbée par les lectures que l’on a bien voulu me donner (« Etude sur l’évolution des avantages en nature en Angleterre »), je n’ai retenu qu’un prénom sur la vingtaine de personnes que l’on m’a présentées aujourd’hui. Et encore, je ne suis pas sûre de l’avoir associé à la bonne tête.

Mais il y a plus grave : le règne du sandwich triangle. La pause déjeuner venue, j’ai observé mes collègues en train d’engouffrer des sandwiches à l’aspect douteux en me demandant comment faire bonne contenance. Pas de déjeuner en équipe ? Pas de pause déjeuner ? Mais où étais-je tombée ? Heureusement, mon « parrain », un Anglais d’origine pakistanaise, m’a prise en pitié et m’a emmenée chercher mon propre sandwich triangle à la gare toute proche. Etant donné que c’était mon premier jour, j’ai gardé pour moi ma diatribe toute prête en l’honneur de la baguette et vilipendant le sandwich triangle.

 

Parce que franchement, les images parlent d’elles-mêmes, non ?

Mais le clou, c’est lorsqu’il en a profité pour me démontrer par A + B que je ferais mieux de filer ma démission au plus vite, parce que SuperConseil ne lui inspire qu’un super mépris, et qu’il est beaucoup trop bien pour cette boîte. Et comme charité bien ordonnée commence par soi-même, c’est ce qu’il compte faire lui aussi. Très bientôt.

– Mais pour toi, c’est plus simple : profites-en tant que tu es en période d’essai, ajoute-t-il, notant sans doute ma perplexité devant ses conseils avisés.

 Ca, c’est de l’accueil chaleureux.

Pourtant, à l’issue de cette première journée, je trouve moult raisons d’être optimiste. Ne serait-ce que par comparaison. En effet, contrairement à mes emplois précédents :

  1. Les bureaux sont en plein centre-ville, et non pas à l’arrêt de bus « Cimetière municipal » avec panorama à l’avenant (véridique)
  2. Il y a plus d’un homme pour dix femmes… et ils sont même plutôt mignons. Le monde du marketing ne va pas me manquer.
  3. A 17 heures 30, tout le monde était parti, ou presque. Je sens que ça aussi, ca va me changer des soirées parisiennes où je rentrais tellement tard du boulot que j’aurais presque pu aller me coucher sans dîner. J’ai bien dit presque, la dernière fois que j’ai sauté un repas, c’était en 1997.
  4. Je l’ai dit, qu’à 17h30, tout le monde était parti ?

Le bilan étant fait, passons au bilan du bilan : d’un côté, un « parrain » qui semble déterminé à faire fuir les nouvelles recrues ; de l’autre, des collègues mignons, des locaux sympas et des journées plutôt courtes. Je devrais y trouver mon compte.

PS : la fameuse photo à venir ce n’importe quoi Friday !
PPS : pour les nouveaux-venus sur ce blog, petit rappel, ceci est un flash-back ! Heureusement qu’on ne vit pas des premières journées de boulot tous les jours…

Publicités

17 réflexions sur “Premier jour de travail chez SuperConseil – le bilan

  1. Ah, oui, ca meriterait bien une ode au pack lunch anglais? Le saint trio sandwich triangle-paquet de chips-coca…

    Cela dit, il semble que tu aies tenu la premiere journee sans barre chocolatee, ca ne peut etre que de bonne augure!

    Chez nous, les gars desertent des 16h00. Ils arrivent tot, avalent leurs quelques miettes de sandwich les yeux rives a l’ecran et detalent a la moindre opportunite venue l’heure du tea-time… Autant en France, on passe facilement au cafe d’a cote prendre l’apero avant de rentrer chez soi, autant ici… on va au pub apres diner… Comme dirait mon amie Mag « Y sont pas comme nous »… (et vice versa)

  2. On finit par s’y faire aux sandwichs au pain de mie.
    Il paraît que le pire c’est quand quelqu’un ramène des chocolats au bureau: en general ils sont immondes. A tester après Paques.

  3. Ouuaaiiisss tout le monde est parti à 17h30!!!! A toi les deuxièmes journées, ballades et shopping (ou ciné, resto copines…), surtout si tu es en plein centre ville!
    Bon si la photo est vraiment trop moche je te dessinerai une petite Eva in London que tu pourras leur refiler!

  4. Sympa le collègue qui veut donner sa démission…après que toi tu aies donné la tienne of course..;J’en ai quelques-uns dans mes tiroirsnon dans un placard!!!! Si tu veux mon avis il va finir aigri après 40 de mauvais et d »déloyaux services et ne quittera jamais superconseil!!!!!

  5. Pingback: Premier jour de travail chez SuperConseil – le bilan en images ! « Impertinentes chroniques d'une Française à Londres

  6. Si tu en as toujours marre des sandwiches triangle à midi, et que la baguette jambon-beurre te manque, tu peux toujours te rabattre sur la boulangerie Paul très présente à Londres.
    Ou alors, tu peux toujours manger à Borough Market (vendredi/samedi). Par exemple, tu peux essayer le burger au kangourou!
    Encore mieux, si tu traines du côté de la City, il y’a l’excellent Food Market de Whitecross Street Market , entre Moorgate et Barbican (surtout le jeudi et le vendredi). C’est plein de stands de plats à emporter que tu tu peux même déguster dans le pub local (Two Brewers) avec une bonne pinte. J’y vais au moins une fois par semaine avec mes collègues, et c’est très sympa.
    Il y’en a vraiment pour tous les goûts, et c’est pas cher.

    • Je ne connais pas ce marché, merci pour le bon plan ! Paul, comment dire… je ne suis pas très fan, le pain est tout mou… mais de toute manière, le pain c’est THE aliment que je n’arrive pas à retrouver ici. Il faut bien que la « French touch » existe 🙂

      • C’est sur que c’est pas encore ça pour le pain, mais je trouve que ça s’est beaucoup amélioré depuis 10 ans que je vis ici. Je n’aime les sandwiches triangles que quand c’est toasté, et si possible avec du bacon dedans! Je ne fréquente pas tellement Paul, à part pour m’acheter une fougasse aux olives de temps en temps. Les bureaux de SuperConseil sont dans la City? Fais moi savoir si jamais tu veux prendre ta pause déjeuner à Whitecross Street pour une visite guidée!

  7. C’est rigolo, je me rappelle m’être fait deux réflexions parfaitement similaires aux tiennes quand j’ai commencé à travailler à Londres : 1- c’est pas vrai, ils partent vraiment à 17H30 ?
    2- c’est pas vrai, ils mangent vraiment des chips devant leur ordi pour le déjeuner ?
    Pour le pain, je n’ai jamais trouvé la solution… Enfin si. Je suis rentrée 😉

  8. Pingback: Impertinente chronique d’un trajet en bus à Londres « Impertinentes chroniques d'une Française à Londres

  9. Pingback: Pause déjeuner à l’anglaise (1) « Impertinentes chroniques d'une Française à Londres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s