Le monde merveilleux de la blogosphère

Technophobe j’étais, technophobe je resterai. Et pourtant, j’en ai appris des choses en deux petits mois de blogging :

– Mon petit frère était ca-té-go-rique : « Il faut ABSOLUMENT que tu choisisses WordPress comme hébergeur si tu veux faire quelque chose d’un peu sérieux », s’est-il exclamé lorsque je lui ai parlé pour la première fois de mon projet. Comme il a des années lumière d’avance technologique sur moi (la preuve, il tient un blog tellement high tech que je n’en comprends même pas le sujet, c’est vous dire), j’ai suivi son conseil. Une fois sur Google (jusque là, je maîtrise), j’ai tapé « WordPress ». Résultat : une page truffée d’URL et autres FTP. L’histoire me paraissait bien mal engagée, puisque je ne comprenais même pas les « choses à savoir avant d’installer WordPress ». Les bases, quoi.

Heureusement, à la recherche suivante, ô miracle : un WordPress tout simple ! Ni une ni deux (et surtout sans appeler mon gourou technique pour vérifier), j’ai lancé les chroniques. Consternation de mon petit frère : non, le bon WordPress, ce n’était pas la version « bloguer pour les nuls ». Ca peut paraître surprenant, mais dans la blogosphère, .com ou .org, ce n’est pas du tout pareil. La route de l’enfer est pavée de bonnes intentions.

– Les premiers jours, constatant que Google ne m’envoyait aucun lecteur à part ceux qui tapaient (gentiment, merci Maman) « evainlondon », j’ai à nouveau cru bien faire en contactant (d’aucuns diraient « en démarchant ») des blogueuses éminemment connues pour leur demander conseil. Aucune réponse. Le salut est venu d’un blog que j’apprécie beaucoup et dont l’auteur a publié ce que j’ai interprété comme les principes de base de la « blog étiquette » – oui oui, ça existe, ça veut dire manuel du savoir-vivre en société virtuelle. Entre autres : il est mal vu d’envoyer des emails dégoulinants de flatterie (exemple : « j’adoooore ton blog depuis toujours… enfin, je ne sais ce qu’est un blog que depuis trois mois, mais depuis trois mois j’adoooore ce que tu fais »), surtout lorsque le motif à peine déguisé, c’est d’obtenir un lien vers un petit blog naissant et donc presque vide de contenu.

– Les statistiques. Tout un programme. Je passe désormais plus de temps à décortiquer les statistiques qu’à écrire des billets pour les alimenter : combien d’abonnements, combien de clics, combien de commentaires, mais surtout… COMBIEN DE VISITEURS. 

Après avoir mis à jour mon compteur de visites non moins de 60 fois dans la même journée, dont 48 au bureau, j’ai jugé bon de créer un favori sur mon ordinateur professionnel. Et plutôt que de l’intituler « nombre de visiteurs sur mon blog perso et qui n’a donc rien à voir avec mon travail », je l’ai sagement appelé « Dernières statistiques clients ».

– Non, le commun des blogueurs ne vit pas du blogging. Mais je ne renonce pas à mon rêve d’écrire un jour pour Cosmopolitan et autres Elle

– Et surtout : être lu est un sentiment magique. Surtout lorsque le compteur atteint les 100 visiteurs par jour : non, Prince, ma maman et mes 23 amis Facebook ne sont pas les seuls à suivre les chroniques.

 Du fond du cœur, donc, un immense merci :

– à tous ceux qui me lisent alors qu’ils ne me connaissent pas
– à tous ceux qui me lisent, et ce, bien qu’ils me connaissent
– à tous ceux qui laissent des commentaires
– à tous ceux qui n’en laissent pas (mais qui ne manquent pas d’apparaître sur mon compteur)
– à tous ceux qui tentent désespérément d’élever des débats pas toujours très intellectuels
– à tous ceux qui m’encouragent et me félicitent, parce que c’est une telle joie de savoir que l’on a mis un peu de sourire dans la journée de quelqu’un

Voilà, c’est dit ! Pour ne pas tomber dans la mièvrerie, quittons-nous plutôt sur une touche de douceur :

PS : avis aux impatients, promis, la suite des tribulations en ligne dès lundi !

Bookmark and Share

Publicités

36 réflexions sur “Le monde merveilleux de la blogosphère

  1. Continuez comme ça, votre blog est vraiment très agréable à lire et qu’importent les statistiques si vous vous faites plaisir et si vous plaisez à ceux qui vous lisent. Moi j’apprécie votre façon d’écrire et votre humour.

  2. Je suis trop sensible aujourd’hui, je ne pourrai pas écouter Louis parce que cette chanson m’émeut terriblement et que je la trouve magnifique…

    Continue à bien bloguer, à te faire plaisir et, donc, à nous faire plaisir !

  3. Hé hé, j’aurais pu écrire le premier paragraphe! Le frangin geek amoureux de WordPress j’ai ça aussi en stock… Moi j’avais un petit blog pépère sous eblogger et il m’a refait un super truc; ça m’a fait un choc, je n’étais même pas consciente d’être lue!
    Ton blog est super, continue,
    Lili

  4. alors moi, promis promis, je ne t’ai pas dit que tu étais la + intelligente, la + douée, la + drôle, la + belle, la + parfaite, la + géniale des bloggeuses juste pour que tu me mettes en lien sur ton blog… nan, nan, vraiment, du fond du coeur j’adore te lire… pas depuis des mois mais juste depuis que je te lis, quoi ;-))

  5. A tous et à toutes : merci et re-merci ! Vous n’avez plus qu’à m’envoyer des ondes positives pour m’inspirer un bon billet… je n’ai toujours pas écrit celui de demain !

  6. Cela ne m’étonne pas d’Anne. Même si je me sens bien loin des blogs professionnels, il faut reconnaitre que c’est sympathique d’avoir du traffic et des échanges.

  7. Salut!
    J´ai commencé avec Blogger. Je ne dis pas que j´ai choisi, car au moment où j´ai commencé avec mes 2 blogs, je ne connaissais beaucoup. Maintenant, j´y reste mais…. je ne sais pas si je ferai un changement dans un futur.
    Merci pour passer par mon blog et laisser ton com
    A plus
    Elisa, Argentine

  8. Jamais eu le courage d’affronter WordPress malgré les encouragements incessants de mon collègue de bureau (our digital guy comme on dit)… mais Haut et fort, ça fonctionne et c’est hyper simple, pour l’instant ça me va bien

    Quoi qu’il en soit, tu m’as tout l’air de très bien t’être familiarisée avec la bête 😉

  9. Hello ma vraie copine de la blogosphère!! Effectivement je me suis retrouvée comme toi à passer plus de temps à trainer sur les blogs, étudier mes stats, voir comment les améliorer, prendre la pub puis la rejeter avec fierté et soulagement…plutôt que de faire la cuisine, ce qui me passionne vraiment!!!! Donc, face à ce constat, j’ai dit stop!! et j’ai même failli fermer le blog!! Je suis revenue sur ma décision et me mets moins la pression tout en pensant à ma reconversion…….il faut bien réver!! En tout cas tes aventures me passionnent toujours (j’étais bien la première passagère clandestine de ton blog perso :))
    Bises et surtout continue de nous régaler!!

  10. Veux-tu que je t’explique le sujet du blog de ton frère pour l’épater ? lol

    Est-ce que je peux pinailler ? :p Je trouve que c’est un peu ambigu les propos tenus lol Il ne faudrait pas tout mélanger même si je comprends que ça soit obscur pour les technophobes :p

    Tu ne dois par confondre WordPress le service qui offre notamment l’hébergement avec le logiciel qui te permet de créer et administrer le blog 😛 En logiciel, tu as aussi DotClear qui est français (alors que WordPress est anglosaxon pour ne pas dire américain). Ces logiciels sont l’évolution de faire des sites. Le résultat est qu’en général le format des blogs ne varie pas d’une plateforme à l’autre. C’est une question de communauté active plutôt qui départage 🙂 Tout c’est c’est la forme, car le contenu c’est une autre histoire lol Avec les bd blogs, plusieurs ont réussi à publier pour les blogs textes, je m’y connais moins donc je ne sais pas 🙂 La blogosphère recoupe des micro cellules tout en ayant un schéma global assez conformiste lol Est-ce que les écrivains avaient plusieurs façons de présenter les journaux intimes/de bord/etc avant l’internet ?

    Allez hop privée de stats (surtout qu’il y a de jargon de stats : visiteurs uniques, rebonds, etc), retourne écrire lol Cela me fait penser à la révolution silencieuse et rampante à propos de la révolution de la vie privée, et du grand malheur de l’entreprise que la vie pro et perso ne soit plus bien cloisonné comme avec de gentils pantins travailleurs et consciencieux qu’ils affectionnent tant. Et, par curiosité, dans quelle section de Cosmopolitan ou Elle rêves-tu d’écrire vu que la mode ne semble pas être ton dada (ou fausse impression) ? 😛

    • Ah, heureusement que je compte un spécialiste en informatique parmi mes lecteurs ! Je t’avoue ne pas avoir complètement suivi toutes tes explications, mais je demanderai un coup de main à mon frère pour décrypter 😉
      Je me demande en effet parfois si j’aurai pu écrire les mêmes chroniques avant Internet… sans doute pas de la même façon. Comme me le disait Prince hier, je n’aime peut-être pas la technologie, mais j’en apprécie les bénéfices !
      Et tu as deviné juste : je saute allègrement les pages mode, beauté, etc… pour ne lire que les articles de fond du genre : « Peut-on réformer une bordélique ? », « Les mariages les plus fous », « Le bonheur, faites passer « … je me verrai bien les écrire un jour…

  11. Pingback: Appel à toutes les bonnes volontés (virtuelles et réelles) « Impertinentes chroniques d'une Française à Londres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s