Questions pour un champion

Aujourd’hui est un jour à marquer d’une pierre blanche. 

Le téléphone a sonné.

Rassurez-vous, les chroniques ne glissent pas inexorablement vers un inquiétant et soporifique nombrilisme : ce qui transforme cette prosaïque information en événement majeur, c’est qu’il s’agissait d’une proposition d’entretien pour le cabinet de conseil en ressources humaines ou j’ai été recommandée par mon ancien responsable de stage. Tests mathématiques, épreuve de raisonnement, entretien avec les ressources humaines : « comptez deux à trois heures », m’ont-ils dit. Sous entendu :

– deux heures si je m’arrête à la case ressources humaines
– trois heures si ça se passe bien et que les opérationnels daignent me jauger en personne
– trois à quatre secondes si je ne suis pas passée chez le coiffeur avant et que je ressemble à ça : 

Je profite de la présence d’un couple d’amis venus nous rendre visite ce WE pour préparer avec eux mes réponses (oups, j’allais dire « ma défense ») :

–  Les ressources humaines ? Si, si, j’adore. Enfin, je n’en ai jamais fait, mais j’aime travailler avec les gens. C’est pareil, non ?

– Les cinq mois de trou sur mon CV depuis mon dernier emploi ? Aïe, c’est plus dur.

« J’aime passionnément glander » ne constitue sans doute pas une réponse appropriée.
« Vous comprenez, j’ai préféré faire un break car j’étais en plein questionnement existentiel, parce bon, j’en suis quand même a ma quatrième reconversion en trois ans… » non plus.
Illumination : pourquoi ne pas survendre ma semaine de bronzette en Turquie sur le mode « je  suis partie découvrir le monde » ? Going travelling, il paraît que c’est très couru ici. Enfin, plutôt quand on survit à une année de vadrouille, sac au dos, avec moins de 10 dollars par jour (le fameux gap year) que lorsqu’on se paye une semaine all inclusive en club, mais sur un malentendu, ça peut toujours marcher.

– Si j’aime tellement les ressources humaines, pourquoi n’ai-je pas postulé dans l’entreprise à l’issue du stage que j’y avais fait ? Réfléchissons ; ce n’est pas parce que ça ne m’intéressait pas, non non… ah, je sais. Je manquais de maturité : il m’a fallu toutes ces années, et ces expériences différentes, pour m’apercevoir que c’est ça (le ça restant à définir, en espérant que les ressources humaines me parlent suffisamment du poste pour pouvoir faire illusion devant les opérationnels) que je voulais vraiment faire dans la vie.

Bon, il va peut-être falloir retravailler deux ou trois petites choses, mais sur le fond, je suis prête. Reste le plus dur : la forme. Une séance de shopping (argh), un peu de maquillage et surtout un RDV chez le coiffeur : avec tout ça, je devrais réussir à leur faire croire que je peux être présentable et crédible face à un client.

Advertisements

17 réflexions sur “Questions pour un champion

  1. Oh, dis-donc, tu n’as absolument pas change -coiffure mise a part!

    J’ai eu il y a quelques annees une session de preparation aux entretiens tres instructives ou l’on apprenait a reutiliser tout le vocabulaire business dans ses reponses, qu’elles s’appliquent a l’experience professionelle ou au personnelle. Verypowerful!

    2 a 3 heures de tests – impressionnant, c’est toujours le cas pour les RH?

    • AH 🙂
      Je soutiens la meme chose a Prince, mais lui veut croire que j’ai beaucoup change depuis cette photo ! merci d’apporter de l’eau a mon moulin 😉

      C’est vrai que c’est exactement ca qui m’a manque pendant longtemps : le bon vocabulaire… ca parait tout bete mais on se sent beaucoup plus en confiance. Quant aux tests, c’est effectivement long, mais j’imagine que ca rassure les employeurs…

  2. bonne chance alors! et pis, si tu sais pas quoi répondre, tu fais comme dans rabbi jacob, tu réponds par une question… ça donne  » c’est quoi ces cinq mois de trous dans votre cv? »… « à votre avis? » 😉

  3. Ah les joies des entretiens (et du cv) … deja que c’est vomitif dans sa propre langue, alors une autre langue lol Toute ma compassion restropectivement pour cette penible epreuve !

    Je trouve aussi qu’en anglais, il y a du vocabulaire clef a connaitre pour faire un peu illusion. Parfois, je me dis que si je me comprenais parfaitement quand je parle, je peterai un plomb a etre aussi peu precis dans le choix de mes mots !

    PS : pour ceux qui n’ont pas l’immense privilege de te connaitre, on aura le droit a une photo recente pour Noel ? lol histoire d’avoir son propre avis 😛

      • Il faut avouer que tu gardes les traits de ce visage innocent (ou pas) et enfantin ^^ Quant-à mes deux derniers jours, cela ne s’est pas déroulé comme je l’aurai pensé lol Je n’ai que de bonnes raisons de revenir faire des sauts à Londres ou venir y vivre 😛

  4. Nous voilà repartis dans le fil de l’histoire!!! Tu as du être ou tu seras ou tu pourrais être…..super à cet entretien…;Je ne sais plus ce que j’ dis c’est l’over dose de chocolat je crois!
    Plein de bises…tu gardes le cap c’est toujours aussi passionnant!!
    Bises ma copine viruelle!

  5. Pingback: Rentrée des classes (enfin !) « Impertinentes chroniques d'une Française à Londres

  6. Pingback: Entretien d’embauche en anglais – deuxième partie « Impertinentes chroniques d'une Française à Londres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s