London calling

Je fronce les sourcils et tente de me rappeler comment j’en suis arrivée là. Là, c’est à Londres, ou plutôt dans une chambre d’hôtel miteuse dans une banlieue grisâtre de Londres, avec vue imprenable :

 A côté de moi, Prince Charmant Presque Parfait, également connu sous le nom de Prince. J’ai suivi Prince à Londres sans trop réfléchir ; d’une part, parce que comme son nom l’indique, il est Presque Parfait, mais aussi parce qu’à 25 ans, je ne sais toujours pas trop ce que je veux faire de ma vie. Contrairement à Prince qui, lui, sait ce qu’il veut faire de la sienne :

  1. devenir un golden boy à la City
  2. ne pas m’épouser… du moins pas tout de suite

L’activité de concubine au chômage étant tout aussi valorisée et sûre que celle de trader en ces temps de pré-débâcle mondiale de la finance, c’est dire s’il est urgent que je me trouve un emploi.

En attendant, comment vais-je bien pouvoir m’occuper ? Plusieurs pistes s’offrent a moi :

–  me mettre au sport pour perdre enfin ces trois (OK, cinq) kilos en trop, résultat d’une grave addiction au chocolat

– tenter de combler le gouffre béant qu’est ma culture générale en m’attaquant à l’un de mes nombreux livres dont le titre se termine invariablement par « … pour les nuls »

–  ma vie étant, il faut bien le dire, absolument passionnante, la faire partager au monde entier, ainsi que les méditations que ne manqueront pas de m’inspirer les Anglais. Un peuple qui aime le chocolat Cadbury, se bourrer la gueule et les filles nues en page 3 ne peut pas être fondamentalement mauvais – ou en tout cas ennuyeux.

La troisième solution est sans nul doute celle qui me tente le plus, mais je suis tiraillée : en effet, devant le monde moderne, je ne suis que perplexité et désarrroi. Twitter, MMS (ça existe toujours ?), et autres MySpace sont pour moi autant d’univers parallèles dont je soupçonne l’existence, mais dont la porte me semble barrée à jamais.

D’un côté de la balance, la jubilation de dévoiler mes aventures londoniennes à autant d’inconnus que possible ; de l’autre, la terreur à l’idée de devoir affronter fils RSS et autres acronymes incompréhensibles.

Allez… nouvelle vie, nouveau défi. Je me lance.

Bienvenue dans mes impertinentes chroniques de la vie londonienne !

Advertisements

18 réflexions sur “London calling

  1. Félicitations pour tes 2 premiers articles!
    Beaucoup d’humour et de finesse dans le récit de tes aventures londonesques…hate de pouvoir continuer de te lire!

    @ très vite pour une expo, un café ….

  2. Bravo pour ces chroniques
    un bon défoulement j’imagine
    pour garder la santé dans ce monde un peu fou
    Vive la création!
    et a bientôt

  3. Je viens de tomber sur ton blog, je n’ai pas encore pris le temps de tout lire, mais je me devais de déjà te laisser un petit mot : J’AIME ! Plus que ça, même !
    Et ton blog tombe pile poil au bon moment, parce-que je songe sérieusement à partir travailler à Londres de début mai à début août. Alors oui, ce n’est peut être qu’un rêve un peu fou d’une fille de 20 ans qui ne sait toujours pas quoi faire de sa vie (snif), mais changer d’air me fera du bien ! Et mon voyage commence à la lecture de ton blog 🙂
    Un grand merci !

    • C’est trop gentil, je suis tres touchee par ton petit mot. Eh bien bonne chance dans cette aventure… et a 20 ans, tu as tout le temps de trouver ce que tu veux faire de ta vie ! Reviens quand tu veux !

  4. Pingback: Rentrée des classes (enfin !) « Impertinentes chroniques d'une Française à Londres

  5. Pingback: Un Prince Charmant Presque Parfait « Impertinentes chroniques d'une Française à Londres

  6. Pingback: Happy birthday to you, happy birthday to you, happy birthday to you blog d’Eva in London… « Impertinentes chroniques d'une Française à Londres

  7. Pingback: Un Prince Charmant Presque Parfait | Impertinentes chroniques d'une Française à Londres

  8. Pingback: Ne rien faire, pour faire quoi ? Contre la dictature de la « to-do list » | Impertinentes chroniques d'une Française à Londres

  9. Pingback: Saut spatio-temporel. Enfin, surtout temporel… | Impertinentes chroniques d'une Française à Londres

  10. Je suis revenue au tout début de ton blog et là, surprise, je me rends compte que tes débuts à Londres sont identiques aux miens : j’ai aussi suivi mon chéri dans la capitale anglaise (j’avais 23 ans à l’époque), il est parti travailler dans « the financial industry », on habitait un quartier pourri de chez pourri (+ la vue qui va avec). Et rapidement, l’ennui pointe et le monsieur n’est jamais là, rentrant à des heures impossibles… Ouf ca s’est visiblement arrangé pour nous deux avec le temps ! 🙂

  11. Pingback: Tentative de réintégration professionnelle (ou comment « reprendre le travail » après un bébé, quand on n’a pas de travail) | Impertinentes chroniques d'une Française à Londres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s